Le 1er juillet. Nous passerons la journée à chercher les cadeaux sur la liste de Davi pour son village. Nous devons acheter des hameçons, du plomb, des hamacs, des sandales, des machettes, des casseroles, etc. Eder, un collaborateur de Hutukara, l’organisation des Yanomami à Boa Vista, connaît les magasins où les Yanomami aiment bien faire leurs achats. Il sait aussi quelles sont les meilleures marques d’outils ; celles qui supportent au mieux le climat humide.

Au coucher du soleil, je me ballade sur la place située à proximité. Là, au centre de la ville, se trouve la statue érigée en 1999 en l’honneur des orpailleurs. Au Brésil, ce dont les « blancs » font l’éloge est synonyme de destruction pour les autochtones de la région. En effet, la fièvre de l’or a provoqué la destruction, la contamination et même le massacre des Yanomami, ainsi qu’une grande violence. C’est pourquoi Davi Yanomami, un des protagonistes du film « Amazonian Cosmos », évite certains endroits de la ville. Le risque qu’il soit tué par les orpailleurs est bien trop grand.