Malheureusement, nous devons déjà repartir. Tôt le matin, nous remettons nos cadeaux à la communauté. Pour éviter tout conflit, Davi répartit les offrandes. Il y a aussi des requêtes spéciales : mon linge-éponge jaune a plu à plusieurs personnes et il n’a pas été simple de décider du bénéficiaire. C’est difficile de dire au revoir. Nous avons appris à aimer ces gens dont le mode de vie est pourtant si différent du nôtre.

Ces communautés méritent tout notre respect. Leur mode de vie ne doit pas être sacrifié par des orpailleurs, des bûcherons, des sociétés de matières premières, des grands propriétaires terriens sans scrupules ou par des politiciens corrompus. Nous devons continuer à les soutenir dans leur combat difficile contre les puissants.

Le voyage du retour se fait sans encombre, nous traversons de grands nuages de pluie en avion et nous récupérons du stress du voyage à Boa Vista. Davi Yanomami nous accompagne. Il se prépare pour sa visite à l’ONU et pour sa rencontre avec les grands pontes de l’industrie de l’or.